Webinar “SOPK – Fertilité et quoi d’autre ?” 28 janvier 2021

Visualisez en replay notre webinar consacré au Syndrome des Ovaires Polykystiques animé par le Dr Christian Jamin, Valérie Seng et Isabelle Beauquin.

Découvrez toutes les réponses à vos questions posées lors du live dans la FAQ ci-dessous :

  1. Quelle pilule préférez-vous pour une patiente avec SOPK ?

Dr C. Jamin : Cela dépend s’il existe des signes d’hyperandrogénie. Si absents : une pilule au Lévonorgestrel suivant les recommandations. Si présents : plutôt une pilule ayant dans son AMM l’acné : Triafemi ou Misolfa

2. Y a -t-il des études cliniques solides pour tous ces micronutriments ?

Dr C. Jamin : Dans le SOPK l’apport de myo-inositol et de vitamine D a démontré une amélioration clinique du SOPK dans des études de niveau 1 (cycles, ovulations et fertilité). Le chrome et le zinc entrainent des améliorations biologiques du SOPK dans des études de niveau 1 portant sur les profils métaboliques l’insulinorésistance et les hormones ovariennes.

3. Comment diagnostiquer l’insulino-résistance ?

Dr C. Jamin : Le plus simple est la mesure du tour de taille. La norme varie d’un pays à l’autre et avec le temps. En France, elle est de 85 cm chez les femmes.

4. Il y a actuellement débat entre l’acide folique et le 5’MTHF, qu’en pensez-vous ?

Dr C. Jamin : Dans les formes homozygotes rarissimes, il faut donner du tétrahydrofolate. Dans les formes hétérozygotes, la supplémentation en vitamine B9 compense la paresse enzymatique. Pour plus d’informations, visionnez la vidéo en replay.

5. J’ai lu sur une plaquette publicitaire que dans les SOPK il y avait des carences en nutriments (vit D, folates, chrome, zinc, chrome, etc.) ?

Dr C. Jamin : Effectivement, ces carences sont plus fréquentes chez les SOPK que dans la population générale.

6. Faut-il poursuivre Zytolia® pendant la grossesse ?

Dr C. Jamin : Il faut maintenir l’apport de vitamine B9 jusqu’à 3 mois, la vitamine B9 est présente dans Zytolia®. Il existe des travaux en faveur d’un effet préventif du diabète gestationnel chez les femmes prédisposées (SOPK) par l’apport de myo-inositol.

7. Rôle des analogues de GLP1 ?

Dr C. Jamin : Il s’agit d’analogues du glucagon like peptide 1 utilisé dans le diabète de type 2. Je ne connais pas d’études dans le SOPK.

8. À quel dosage utilisez-vous la spironolactone (Aldactone®) dans l’hyperandrogénie ?

Dr C. Jamin : Je commence par 50 ou 75 mg/j. Ces doses ne nécessitent pas de suivi du ionogramme (publication JAMA dermatologie février 2021). Certains donnent des doses plus élevées je ne connais pas d’études d’effet-dose ni de dose-tolérance dans le SOPK.

9. Explication de la dépression ?

Dr C. Jamin : La publication du JAMA Psychiatrie de fin janvier 2021 montre que les dépressions sont plus graves en cas d’insulinorésistance.

10. En écho pour les insuffisances en hormones Hypothalamo-hypophysaires (HH), il me semblait que l’aspect était différent.

Dr C. Jamin : Comme dans le SOPK, les femmes ont tendance à prendre du poids, elles font des régimes carentiels qui induisent des aménorrhées HH. Il n’y a pas d’augmentation des micro-follicules dans les aménorrhées hypothalamo-hypophysaires, le diagnostic de SOPK est d’autant plus difficile.

11. Follicules plus gros, à répartition moins périphérique, stroma moins épais

Dr C. Jamin : La description des caractéristiques des follicules dans le SOPK comparées à l’ovaire multi folliculaire ne permet pas toujours, loin de là, de différencier les diagnostics.

12. Quel type de sport est préconisé pour les femmes atteintes du SOPK ?

Dr C. Jamin : 70% des masses musculaires sont répartis au niveau des fesses et des cuisses, d’où l’importance de travailler ces zones. Il faut faire des exercices physiques, parmi ceux-ci la marche à pied est le plus indiqué. Pour plus d’informations, visionnez la vidéo en replay.

13. La plupart des femmes en consultation se plaignent de divers symptômes : fatigue chronique, douleurs pelviennes, migraines etc. Existe-t-il une liste complète ?

Dr C. Jamin : La majorité de ces symptômes ne sont pas faciles à rapporter au SOPK.

14. SOPK chez les femmes minces : Faux diagnostic ? L’hyperinsulinisme est-il présent même si le tour de taille est normal ?

Dr C. Jamin : La résistance à l’insuline n’est prouvée que chez 70% des patientes SOPK avec les critères actuellement à notre disposition. Cela n’élimine pas des anomalies locales au niveau de l’épimérase folliculaire.

15. Y a-t-il une cohérence entre SOPK et les grossesses extra-utérines ?

Dr C. Jamin : Pas à ma connaissance.

16. Bonsoir Quid du SOPK à la ménopause ?

Dr C. Jamin : Après la ménopause ce sont les conséquences de l’insulino-résistance qui sont préoccupantes. Il y a plus de risques de survenue de maladies cardiovasculaires à la ménopause.

17. Dose pour SOPK chez la femme maigre versus dose pour la femme obèse ?

Dr C. Jamin : La dose de myo-inositol nécessaire n’est pas déterminée par des études effet-dose irréprochables encore moins suivant le terrain.

18. Le myo-inositol aide-t-il à perdre du poids chez les SOPK ?

Dr C. Jamin : En théorie oui, en pratique pas d’études. Pour plus d’informations, visionnez la vidéo en replay.

19. Zytolia® est déjà disponible en Afrique ?

Dr C. Jamin : Pas encore mais le myo-inositol oui

20. Ce type de supplémentation est-il efficace même chez les femmes SOPK non insulino-résistantes ?

Dr C. Jamin : Je ne connais pas d’études ayant comparé ces deux populations. Il est logique de penser que le myo-inositol ne serait pas efficace en absence d’insulino-résistance sauf bien entendu s’il existe un déficit en épimérase dans ces SOPK non liés à un hyperinsulinisme systémique.

21. Quel est le prix de Zytolia® ?

Environ 20 euros

22. Que faire devant les immaturités ovocytaires en FIV chez les SOPK ?

Dr C. Jamin : Une étude a montré une amélioration de la maturation folliculaire en FIV par apport de myo-inositol chez les femmes SOPK.

23. Que préconisez-vous en cas d’hyperhirsutisme sévère ? Souvent les règles hygiéno-diététiques ne suffisent pas, pas d’acétate de cyprotérone (Androcur®) ?

Dr C. Jamin : On peut proposer des pilules oestroprogestatives qui augmentent la SHBG et/ou de la spironolactone avec contraception obligatoire. Pour plus d’informations, visionnez la vidéo en replay.

24. De faibles doses de vitamine D seraient intéressantes en continu chez les diabétiques de type 2 ?

Dr C. Jamin : En effet, l’apport de vitamine D est susceptible d’améliorer la sensibilité à l’insuline.

25. Peut-on Prescrire Zytolia® pour des femmes qui ne se plaignent pas d’hyperandrogénie ?

Dr C. Jamin : Traiter la résistance à l’insuline est toujours une bonne chose en commençant par de mesures hygiéno-diététiques même en l’absence d’hyperandrogénie.

26. La vitamine E a-t-elle un rôle dans le SOPK ?

Dr C. Jamin : Pas à ma connaissance.

27. Après la ménopause, 2 des critères du SOPK disparaissent, donc comment parler de SOPK ? Reste peut-être l’insulino-résistance mais pas le SOPK.

Dr C. Jamin : Il reste l’anamnèse et l’insulino-résistance.

28. Peut-on espérer qu’il soit remboursé ?

Dr C. Jamin : Il s’agit de produits non brevetables il est donc peu probable, que les études nécessaires au remboursement soient entreprises.

29. Que pensez d’un inhibiteur de l’aromatase (Femara®) et SOPK ?

Dr C. Jamin : Je ne vois pas le rationnel dans le SOPK. Pour ce qui est de la stimulation de l’ovulation, un article montre la supériorité d’un inhibiteur de l’aromatase vs clomifène avec réponse supérieure par l’inhibiteur de l’aromatase mais on est hors AMM.

30. Quelle attitude adopter chez les jeunes adultes ? Proposition de supplémentation en Vitamine D.. systématique ou pas.. au vu du risque de surdosage. Si ok, quelle posologie ?

Dr C. Jamin : La question est hors sujet, mais au vu de la prolifération actuelle des propositions de supplémentation en vitamine D il s’agit d’une problématique pertinente.

31. Que pensez-vous de la metformine dans la prise en charge des SOPK ? Peut-il être associé au myo-inositol ?

Le sujet a été traité dans la vidéo, retrouvez les informations dans le replay.

32. Beaucoup de jeunes patientes souhaitent un DIU au cuivre, le myo-inositol pourrait-il remplacer une mise en place de pilule oestroprogestative chez ces patientes ?

Dr C. Jamin : En effet, beaucoup de femmes actuellement refusent la pilule oestroprogestative et souhaitent un DIU au cuivre. En cas d’hyperandrogénisme le myo-inositol diminue le taux circulant de testostérone et élève la SHBG mais l’effet est souvent insuffisant et on peut ajouter de la spironolactone. En absence d’hyperandrogénisme et de SOPK, l’apport de myo-inositol reste indiqué pour traiter la résistance à l’insuline.

33. Si pas de SOPK mais hyperinsulinisme.. Peut-on prendre Zytolia® ?

Dr C. Jamin : La prise en charge de la résistance à l’insuline passe avant tout par des mesures hygiéno-diététiques. L’apport concomitant de myo-inositol me semble pertinent.

We use cookies to provide the services and features offered on our site and to improve the experience of our users. Cookies are data that are downloaded or stored on your computer or any other device. By clicking on "I accept", you accept the use of cookies. You can always disable them later. If you delete or disable our cookies, you may encounter interruptions or problems accessing the site. By continuing your browsing, you accept the deposit of third-party cookies intended to provide you with videos, sharing buttons, uploads of content from social platforms We use cookies to enable us to better understand how the site is used. By continuing to use this site, you agree to this policy. Read More