Endométriose : quand les solutions de diagnostic innovent

L’endométriose est une maladie chronique touchant 1 femme sur 10 en âge de procréer. Longtemps ignorée, elle devient aujourd’hui un vrai sujet de société, de par son lourd impact sur la santé et le bien-être des femmes. C’est dans ce contexte que de nouveaux outils de diagnostic voient le jour, se proposant d’améliorer la prise en charge des patientes

Vivre avec l’endométriose 

Longtemps, l’endométriose a été une maladie ignorée, car difficile à diagnostiquer, l’interprétation des symptômes se rapportant, la plupart du temps, à des règles douloureuses.

En moyenne, la détection de cette maladie peut prendre entre 6 et 10 ans. Les femmes touchées développant alors d’autres syndromes et/ou pathologies, à l’instar du cancer de l’utérus (1% des cas) ou encore l’infertilité, qui concerne 1 femme sur 3.

Il reste encore beaucoup à découvrir et à comprendre sur cette maladie, et certaines femmes peuvent être atteintes par ce mal sans pour autant le savoir. C’est souvent au détour d’une intervention chirurgicale que le diagnostic se fait.

Endométriose et Femtech

Depuis plusieurs années, la santé de la femme devient un sujet de développement pour les acteurs de la nouvelle économie et des écosystèmes innovants. Ainsi de plus en plus de startups s’intéressent aux sujets en lien avec la santé de la femme, notamment dans les champs de l’endométriose et de la fertilité. Ces nouvelles initiatives visent pour une partie d’entre elles une meilleure prise en charge du diagnostic et de la prise en charge.

NextGen Jane : un tampon intelligent détecteur de l’endométriose

A l’origine de NextGen Jane, startup californienne créée par deux chercheurs de la fameuse Harvard Business School, Ridhi Tariyal et Stephen Gire. Ils obtiennent durant leur cursus une bourse pour développer des dispositifs médicaux innovants de lutte contre les maladies infectieuses.

Parmi leurs nombreux sujets de recherche, l’endométriose attire leur attention. Ils comprennent rapidement que l’un des principaux enjeux inhérents à cette maladie se situe sur une prise en charge plus rapide des patientes. De là naît l’idée d’un auto diagnostic proactif que les femmes peuvent mener depuis chez elle, par le biais d’un tampon. Le « Smart Tampon System » fournit ainsi – au travers du prélèvement de sang qu’il opère au moment des règles – une lecture rapide du symptôme. 

En 2014, les deux co-fondateurs déposent le brevet associé, faisant un pas prometteur dans la collecte d’information génomique. En effet, dans la mesure où les menstruations révèlent des informations précises par le biais de l’élimination de la muqueuse endométriale, chaque femme a la possibilité d’exécuter le prélèvement chaque mois et de l’envoyer directement dans le laboratoire de NextGen Jane pour analyse. Ce tampon intelligent doit se porter pendant 2 heures pour récolter une quantité suffisante de sang.

Cette innovation importante ouvre sans conteste de nouveaux horizons pour le traitement de l’endométriose en proposant un dispositif autonomisant la femme dans son diagnostic. NextGen Jane a déjà récolté 20 Millions de Dollars pour financer ses recherches. Plus de 800 femmes ont souhaité participer au test en Juin 2019. Les résultats sont attendus avec impatience pour écrire la suite de ce concept prometteur.

MyEndoApp : les applications s’emparent du diagnostic médical

MyEndoApp est une application de dépistage de l’endométriose, proposant une plateforme de suivi des patientes au travers d’un dossier médical digital. Elle a été mise au point par deux médecins, le Professeur Chapron, Chef du service Gynécologie Obstétrique et Médecine de la Reproduction de l’hôpital Cochin à Paris et le Dr Jean Philippe Estrade Chirurgien Gynécologue Obstétricien à Marseille.

Grâce à cette application, l’endométriose peut être qualifiée en quelques minutes, grâce à un questionnaire qui permet de catégoriser l’ampleur et l’impact des symptômes. Des questionnaires réguliers permettent de répertorier les différentes données relatives à l’évolution de la maladie. Celles-ci sont archivées et contribuent ainsi à l’avancement des recherches.

D’après le Dr Estrade, l’application fonctionne grâce à un algorithme testé sur 2.500 patientes et fiable à 88%. Cet algorithme indique si les femmes qui ont répondu au questionnaire présentent un risque faible, intermédiaire, élevé ou très élevé d’endométriose

Cette application, se présentant comme un compagnon de suivi médical à part entière, offre également la possibilité de stocker tous les examens médicaux effectués depuis la prise charge, permettant un suivi précis, en cas de changement de médecin. De son côté La patiente s’engage à travers son parcours de santé à répondre régulièrement à des questionnaires destinés à suivre l’évolution de la pathologie.

Trois ans de développement auront été nécessaires pour le lancement de ce nouveau service, en grande partie auto-financé par les deux médecins, en juin 2019. A ce jour, plus de 10 000 personnes ont téléchargé l’application et une cinquantaine de pharmacie l’utilisent dans le cadre du dépistage et du suivi patient.

We use cookies to provide the services and features offered on our site and to improve the experience of our users. Cookies are data that are downloaded or stored on your computer or any other device. By clicking on "I accept", you accept the use of cookies. You can always disable them later. If you delete or disable our cookies, you may encounter interruptions or problems accessing the site. By continuing your browsing, you accept the deposit of third-party cookies intended to provide you with videos, sharing buttons, uploads of content from social platforms We use cookies to enable us to better understand how the site is used. By continuing to use this site, you agree to this policy. Read More